Sortie cinéma, actualité théâtre, sortie BD, festival de musique | » Le réserviste au Théâtre de la Vie du du 3 février au 14 février 2015

Théâtre de la vie Le réserviste au Théâtre de la Vie du du 3 février au 14 février 2015

Publié par Marie Eve Standaert, le 11 février 2015

Le réserviste

Le réserviste

Une pièce de Thomas Depryck et Antoine Laubin
Mise en scène par Antoine Laubin
Avec Jeu : Angèle Baux, Baptiste Sornin, Renaud Van Camp Lumière et direction technique : Gaspard Samyn Assistanat à la mise en scène : Axel Cornil Production : Cora-Line Lefèvre

Synopsis :

Une figure à la fois libératrice et pathétique, sinon consternante, pour une parabole en forme de pied de nez sur la place que l’on donne au mot « travail » aujourd’hui, et sur le système qui s’articule autour de lui… Antoine Laubin continue d’explorer notre société, en interrogeant le théâtre, ou peut-être est-ce l’inverse. Chaque soir, les acteurs convient, au cœur même de l’histoire racontée, un invité différent issu des sciences humaines (sociologie, anthropologie, histoire, philosophie, …) pour se confronter en direct et sans filet à son regard particulier sur l’inactivité. Dans cette nouvelle création, Thomas Depryck et Antoine Laubin nous parlent à nous, spectateurs et citoyens, de notre rapport à l’Etat et à la “norme, et plus particulièrement du chewing-gum collé sous la semelle de la société : le chômage.

 

« C’est l’histoire d’un mec qui cherche une alternative au modèle qu’on lui propose. C’est l’histoire d’un mec qui s’oppose à la proéminence cancéreuse de la « valeur travail » dans nos civilisations. »

Ce mec, c’est vous. C’est moi. C’est chacun d’entre nous. Que l’on soit chômeur ou travailleur, PDG ou parasite, impossible de ne pas voir dans ce personnage, à un moment ou un autre, une part de nos vies. Car c’est bien de cela dont traite la pièce. De la vie. De celle que l’on nous impose et que l’on n’a pas forcement choisie. Des normes qui la régissent et que l’on nous martèle dès l’enfance. De l’injustice latente qui la gangrène.

Alors bien sûr, on rit. Beaucoup même. Mais pour ne pas pleurer. Et passés les éclats de rire, vient le temps de la réflexion. Sur nous-même, sur l’autre, sur la société en général.

Le texte de Thomas Depryck, à la fois iconoclaste et élégant, est porté par la mise en scène originale et décalée d’Antoine Laubin. Sans oublier la performance des trois comédiens, passant tour à tour de la narration à l’action. En outre, c haque soir, un intervenant éclaire le texte de ses connaissances d’expert et ancre encore un peu plus le propos de la pièce dans la réalité sociale de notre XXIème siècle.

Et une mention spéciale pour Madonna…

À voir !

Par Marie-Eve