Sortie cinéma, actualité théâtre, sortie BD, festival de musique | » « Les héros de mon enfance » au Café-Théâtre du TTO

Toison d'Or « Les héros de mon enfance » au Café-Théâtre du TTO

Publié par Luigi, le 5 mai 2015

Contes

Les héros de mon enfance

Une pièce de Michel Tremblay
Mise en scène par Victor Scheffer
Avec Céline Chappuis, Emmanuel Dell'Erba, Karen de Paduwa, Sandy Duret, Xavier Elsen, Kody, Matthieu Meunier, Mike Mayné et Gaëlle Swann

Compagnie : Théâtre de la Toison d'Or ( http://www.ttotheatre.com/cafe-theatre )

Durée : 2h (avec entracte)

Synopsis :

Un banc, à l’orée du bois, le clapotis de l’eau, le gazouillis des oiseaux, tout semble si parfait. Un loup affamé cherche de quoi croquer, Cendrillon passe le balai, Peau d’âne vit recluse, oubliée de tous… Aaaah, les contes de notre enfance! Grimm, Perrault… Walt Disney… Tout y est parfait. Comment imaginer ce qui se prépare? Entre nous, ne les avez-vous pas tous, un jour, trouvés un peu mièvres, ces Héros de contes? N’avez-vous pas secrètement rêvé que le petit chaperon rouge et le petit Poucet cessent de se promener naïvement dans les bois ou s’adonnent à des plaisirs plus sulfureux, que le grand méchant loup soit un homme de lettres doux comme un agneau, que le Prince soit plutôt «princesse» et que la Belle au bois dormant soit une toxicomane égocentrique? Cette fois c’est presque chose faite! Dans un langage piquant et coloré, ces Héros révèlent des dessous de leur personnalité jusqu’alors inconnus et surprenants. L’anarchie est proche. Et en musique, s’il vous plait!

 Les 03,04,10,11,17,18, 24, 25 mai à 20h30 au Théâtre de la Toison d’Or

Les écrivains contemporains utilisent très souvent la parodie pour parler des contes à l’heure des années 2010. Même la Walt Disney Compagny a décidé de se moquer un peu de son passé idéalisé (et idéalisant). Cette énième la réécriture des contes populaires proposé depuis deux soirs au TT0 à Ixelles vise donc à redonner vie à des recettes et formules éculées, en les transformant de manière ludique mais surtout salace. L’émerveillement fait place au rire, la visée moralisatrice se retranche derrière la distance critique (même s’il faut le temps que cela arrive).

Mais le spectateur jouit-il vraiment ? A moitié et de manière laborieuse. Très peu de francs d’éclats de rire sur les deux heures que dure la pièce (avec entracte). Et il y a une explication à cela : le texte fut écrit il y a quinze ans. Entre temps, la télévision et le cinéma ont donc eu le temps de nous offrir des répliques qui passent pour « choquantes » dans l’univers aseptisé et poétique des contes.

On appréciera cependant l’investissement des comédiens et les réflexions de la dernière partie sur les structures répétitives des contes reproduisant en boucle, au sein d’une même histoire, le même scénario, en changeant uniquement certains détails (dixit le Prince et son fameux baiser à la princesse).

A découvrir pour voir d’un autre œil les ogres, les fées, les géants, les nains, les sorcières, les princes et les princesses. Mais dans le genre, on a quand même vu mieux.

 

Luigi Lattuca