Sortie cinéma, actualité théâtre, sortie BD, festival de musique | » « Ma mère est un panda » : une comédie ayant besoin de dates belges !

« Ma mère est un panda » : une comédie ayant besoin de dates belges !

Publié par Luigi, le 21 avril 2016

Ma mère est un panda -affiche

Ma mère est un panda

Une pièce de Willy Liechty
Mise en scène par Didier Brengarth
Avec Valérie Mairesse, Paul Belmondo et Frédéric Gorny, Willy Liechty et Philippe Rambaud.

Compagnie : Les Lucioles

Durée : 1h30 (sans entracte)

Synopsis :

Un diner, c’est le temps qu’à Walter pour convaincre son patron, très attaché aux valeurs familiales, qu’il mérite plus que quiconque cette promotion. Seulement voilà, Walter n’a pas vraiment une « famille idéale ». Pour impressionner son boss, il va donc louer des « parents d’un soir ». Bref, il va « CHOISIR SA FAMILLE ».
Mais ce casting parfait suffira-t-il à convaincre son patron ? Peut-on vraiment faire confiance à des inconnus ? Une bonne comédienne peut-elle remplacer une mauvaise mère ?

En tournée dans toute la France depuis janvier 2016, la comédie théâtrale « Ma mère est un panda » était de passage à Binche ce samedi 16 avril. Une unique date belge que les comédiens ont savouré. Ils nous ont juré que l’aventure ne faisait que commencer et qu’ils lançaient un appel à d’autres théâtres du pays.

Valérie Mairesse, l’héroïne principale, serait la première ravie étant donné que sa nièce vit en Belgique. Elle a d’ailleurs loué la beauté de nos bâtiments culturels. Il faut dire que les textes qui y résonnent la mettent en valeur, à commencer par celui de ladite pièce. On ne s’ennuie pas une minute dans cette comédie à voir en famille.

Le pitch est plutôt simple : Walter a le temps d’un dîner pour convaincre son patron qu’il mérite plus que quiconque une promotion. La soirée s’annonce gaie avec l’embauche de deux comédiens esseulés devant jouer ses parents. Les gags fonctionnent, le texte est bien écrit et met en avant plusieurs références modernes sans non plus polluer les petites pointes d’émotion qui se glissent ici et là.

Chapeau bas aux comédiens tous parfaitement choisis. Ce serait bête de passer à côté, messieurs les directeurs…

 

Luigi Lattuca