Sortie cinéma, actualité théâtre, sortie BD, festival de musique | » « Medúlla » – La Monnaie – Du 04 au 08 février 2015

Bruxelles « Medúlla » – La Monnaie – Du 04 au 08 février 2015

Publié par Luigi, le 11 février 2015

001

Medúlla

Mise en scène par Théâtre Royal de la Monnaie / De Munt
Avec Roberta Alexander, Kevin Walton

Compagnie : La Monnaie - De Munt ( http://www.lamonnaie.be/ )

Durée : 1h30 (sans entracte)

Synopsis :

« Que s’est-il passé avant que nous nous embarquions dans des sujets problématiques comme la civilisation, la religion et la nationalité ? » Dans son album conceptuel Medúlla, l’artiste islandaise Björk revient à un univers païen exclusivement humain. Sa composition pour voix a cappella explore le vaste éventail des techniques vocales : chant diphonique, choeurs, beatbox, harmonies pop… L’album sorti en 2004 réagit aux débordements racistes et néonationalistes qui ont suivi les attentats du 11 septembre.

Dix ans plus tard, un ensemble réunissant des chanteurs de plusieurs générations – choeurs d’enfant et d’adolescents et chanteurs d’opéra seniors – redéfinit ce que Björk a appelé « medúlla », « un esprit ancestral passionné et sombre, un esprit qui survit » , l’élément fondamental de la condition humaine qui nous unit tous, indépendamment des croyances, des origines, de la nation et de l’âge.

De retour à la Monnaie la saison prochaine.

 

   Critique :

Il était une fois un album dédié à la voix humaine, celui de Björk « Menulla ». Le voilà mis à l’honneur au Théâtre royal de la Monnaie dans un opéra onirique à voir en immersion. « Il faut sentir, penser et s’abandonner en même temps » peut-on d’ailleurs lire dans le programme du spectacle. C’est exactement ce qu’il se passe. Sur nos sièges installés tout autour de l’arène/du ring, on admire des enfants très bien habillés et surtout leurs voix. Ils jouent avec comme Björk l’aurait voulu.

Nous ne pouvons nous empêcher de penser que c’est la voix du désarroi humain et du noir désenchantement qui les avale dans ces heures de régression économique et sociale. La fraîcheur des enfants contre l’hostilité du monde. Indéniablement un message fort… mais un brin trop long. Une heure, voire une heure quinze de spectacle aurait suffit.  

Luigi Lattuca