Sortie cinéma, actualité théâtre, sortie BD, festival de musique | » Récit de la servante Zerline de Hermann Broch au théâtre des Martyrs

Les Martyrs Récit de la servante Zerline de Hermann Broch au théâtre des Martyrs

Publié par Simon, le 19 janvier 2014

servante

Récit de la servante Zerline

Une pièce de Herman Broch
Avec Jacqueline BIR et Michel JUROWICZ

Durée : 1h25 (sans entracte)

Synopsis :

Une servante, donc : dos voûté, cheveux noués sous un fichu, mains rougies par le travail, seins flétris, jambes lourdes.

Il y a trente années, elle était belle, « tout était ferme chez moi, et mes seins se dressaient que chacun vou­lait les tâter ». Il y a trente années, elle a connu la passion incongrue, éphémère et scandaleuse et toute la rhétorique des gestes de l’amour et de la haine qui l’accompagne, cette passion dévorante qu’elle a partagée avec l’aristocrate, dix journées durant dans le pavillon de chasse.

Aujourd’hui, elle est là, dans la moiteur d’un après-midi d’été à se raconter devant le jeune homme, à le mettre en garde, à lui dire cette part d’inoubliable qui a forgé toute son existence. Elle est là, les yeux baissés dans la mélancolie du buisson autrefois saccagé par le désir, à rapporter le dénuement de sa vie, les blessures de l’indifférence, le quotidien de son labeur. Elle est là, jalouse de l’autre, des autres, à confesser ses vilenies, les lettres interceptées, les rendez-vous arrachés, et ses mensonges.

Elle ressasse, elle remâche, elle recompose. Elle énonce le roman de sa vie, sans faire trop de bruit.

Le très beau texte d’Hermann Broch habitait Jacqueline Bir depuis nombre d’années. Nous l’avions, elle et moi, porté à la scène en 2004, nous promettant de le reprendre. L’occasion nous est donnée dix années plus tard au Théâtre de la Place des Martyrs.

Critique : 

C’est l’histoire de la servante Zerline. La servante Zerline était au service d’une grande famille il y a de cela 30 ans. A l’époque ses « seins se dressaient que chacun voulait les tâter » … C’est à cette époque que Zerline a véçu sa plus grande passion amoureuse, une passion interdite avec le chef de famille de la grande maison.

C’est ce récit, cette aventure qu’elle  va narrer longuement (peut-être trop) au spectateur.

Cette pièce raconte une belle histoire. Jacqueline Bir (quasiment seule sur scène) nous offre une prestation de haute qualité malgré son âge ; mais la représentation perd parfois en rythme et le spectateur décroche quelque peu à certains moments…

A voir tout de même.