Sortie cinéma, actualité théâtre, sortie BD, festival de musique | » « We’re pretty fuckin’ far from Okay » au théâtre Les Brigittines (09->11/03/17)

Bruxelles « We’re pretty fuckin’ far from Okay » au théâtre Les Brigittines (09->11/03/17)

Publié par Simon, le 10 mars 2017

thumbnail_7290a3bf-8ade-4d62-9253-0a0571f38d97

We're pretty fuckin' far from Okay

(sans entracte)

Synopsis :

La peur, l’angoisse envahissent le corps de la plus instinctive et irrépressible façon. Les changements physiologiques qu’elles induisent composent la matière première du spectacle. La respiration et le geste des deux danseurs sont progressivement affectés par les sensations d’oppression ou de panique mais réagissent, séparément et ensemble à la fois, en construisant un vocabulaire de mouvements qui donnent à en voir l’impact et à en pressentir des échappées…

Et si l’angoisse était la condition unique de nos mouvements, et si elle était à l’origine de chacune de nos impulsions. Voilà le postulat de We’re pretty fuckin’ far from okay.

En allant chercher quelques définitions du terme, en résumé cela donne : Angoisse – phénomène humain universel, sentiment profond d’anxiété devant une menace, un danger indéfini…

Une expérience que vivent sur scène une femme et un homme. En alerte psychique, leur corps tout entier semble être mobilisé devant cet inconnu.
D’abord très faibles, les spasmes et autres gestes répétitifs se font de plus en plus pressants et entraînent nos deux prestataires dans une quasi-transe rythmée de leur respiration devenant au fur et à mesure plus forte. En résulte une cacophonie presque insoutenable, qui réussit presque à nous happer.

Une performance comme une recherche suggestive sur le corps et sur la manière dont l’humain appréhende la réalité du monde.

Une mise en scène au service du thème choisi. La représentation est appuyée par un délicat et subtil jeu de lumières et d’épuration du lieu. Le tout fait sans doute appel à notre imaginaire collectif et de ce que l’on se représente des institutions psycho-médicales.