Sortie cinéma, actualité théâtre, sortie BD, festival de musique | » Psy Cause(s) au Théâtre 140

Théâtre Psy Cause(s) au Théâtre 140

Publié par Rédacteur, le 2 février 2012

Psy Cause(s) au Théâtre 140

Texte et interprétation: Josiane Pinson
Mise en scène: Daniel Berlioux
Création lumières: Jean-Claude Rolland
Régie: Paul-Edouard Blanchard

Psy Cause(s) est l’histoire d’une psy qui craque .Elle voit défiler dans son cabinet une farandole de patients qu’elle aide du mieux qu’elle peut jusqu’au jour où la coupe est pleine.

Josiane Pinson, Merci ! Merci de dédramatiser une séance chez le psy en 1h20. Merci de nous donner cette impression de normalité. Merci de nous faire rire avec des sujets un peu glauques par moments. Merci de nous rappeler nos névroses qui n’en sont pas au final ou que tout le monde partage. Bref, merci !

Avec Psy cause(s), on se sent à la fois patient et psy. Patient de la psy, psy des patients et psy de la psy. On nous laisse pénétrer dans un monde peu connu, on nous fait voir l’envers du décor. On apprend ce qu’il se passe lorsque la séance est finie et que la psy redevient tout simplement un être humain et plus une superwoman prête à sauver les âmes esseulées. On comprend qu’être psy est un métier à plein temps et que l’on n’en sort rarement indemne.

On nous laisse suivre le parcours de cette femme, très professionnelle au début, qui finit par tout simplement péter son câble. Même la psy a besoin d’aller voir un psy. Elle aussi a des comptes à régler avec sa mère, son ex-mari et ses trois enfants. Elle se pose les mêmes problématiques que tout le monde. Au final, nous sommes tous des névrosés mais c’est ce qui nous permet de garder une certaine humanité.

Bref, Psy Cause(s) est un régal d’humour un peu déjanté, qui peut faire grincer des dents mais qui se déguste du début à la fin. Gros coup de chapeau pour Josiane Pinson qui arrive à tenir tout le spectacle sur ses épaules et sur son fauteuil orange. La mise en scène est minimaliste mais tient bien la route, grâce au jeu de la comédienne, qui nous fait passer de personnages en personnages, sans jamais utiliser d’artifices, si ce n’est sa voix. Le texte est savoureux d’anecdotes farfelues et nous emmène, pendant 1h20, dans un monde un peu loufoque.

En conclusion, vous l’aurez compris, c’est un spectacle à ne pas rater ! En plus, vous pouvez retrouver le texte édité du spectacle à la fin de la représentation, en compagnie de Josiane Pinson. Après avoir partagé ce moment sur scène, il est vrai que l’on a envie que cela dure un petit plus longtemps.

Caroline Champion