Sortie cinéma, actualité théâtre, sortie BD, festival de musique | » Quand je serai petit, une introspection fantastique

Cinéma Quand je serai petit, une introspection fantastique

Publié par Matthieu Matthys, le 9 juin 2012

Spécial Brussels Film Festival 2012

Quand je serai petit de Jean-Paul Rouve

Genre : Comédie dramatique

Avec Jean-Paul Rouve, Claude Brasseur, Benoit Poelvoorde, Arly Jover, Miljan Chatelain, Gilles Lellouche, Miou-Miou, Lisa Martino

Marié et père dʼune petite fille, Mathias rencontre par hasard un petit garçon qui lui fait étrangement penser à lui au même âge. Bouleversé, il mène l’enquête et découvre à sa grande stupeur que la mère de lʼenfant ressemble étrangement à la sienne. Elle porte d’ailleurs le même nom.

Après avoir réalisé le remarqué Sans arme, ni haine, ni violence, Jean-Paul Rouve retourne derrière la caméra pour nous offrir une histoire très sentimentale et très touchante, Quand je serai petit.

Qui n’a jamais eu l’occasion un jour de croiser au détour d’une ruelle ou d’un lieu public son passé? Une rencontre ou un évènement peut nous renvoyer directement dans notre enfance avec tout ce qu’elle avait de bien et de mauvais. Jean-Paul Rouve a décidé de nous raconter l’histoire de Mathias, un architecte parisien qui, lors d’un voyage en bateau, aperçoit un jeune garçon qui lui fait irrémédiablement penser à lui au même âge. Cette situation déroutante va l’amener à mener un travail d’introspection par lequel il va petit à petit reconstruire un puzzle émotionnel qui l’a préoccupé durant toute sa vie.

Ce film nous a beaucoup touché par son approche de la relation parentale et la gentillesse qui se dégage des personnages. En effet, rien n’est méchant et, bien au contraire, tout y est gentil, tout y est enfantin. À travers les yeux d’un adulte, on voit le regard d’un enfant qui est maladroit, insouciant et impatient. Jean-Paul Rouve a construit un scénario très riche malgré que la trame de l’histoire n’est pas exploitée à 100%. Sans vous en donner les clés, ce récit vous promène dans le temps, vous balade de manière intemporelle dans la vie d’un homme dont l’histoire comporte des anicroches. En outre de cet aspect dramatique et fantastique, l’ancien Robin des Bois a agrémenté ses dialogues d’une bonne dose d’humour. De surcroit, les acteurs choisis pour incarner les personnages de ce film sont tout bonnement excellents.

Outre le bonheur de revoir Benoit Poelvoorde dans un rôle qui lui sied à merveille, celui du gentil homme de la classe moyenne, on a la chance de voir un talent se confirmer : Miljan Chatelain. Le jeune acteur que l’on avait pu apercevoir dans Le Ruban blanc de Michael Haneke crève à nouveau l’écran. Doté d’une maturité impressionnante et d’un charisme exceptionnel pour son âge, il a incontestablement pris une place privilégiée dans notre livre d’or. Toujours en phase avec son personnage, cet enfant passe de la joie à la tristesse, de l’humour à la haine de manière déconcertante. Un prodige du septième art qui verra sa carrière prendre encore plus d’ampleur dans les prochaines années.

En résumé, ce film est très plaisant. Malgré une toile fantastique difficile à accepter pour les plus cartésiens, l’histoire nous heurte et nous interpelle. Jean-Paul Rouve nous l’a prouvé encore une fois, il sait faire un bon film.

Matthieu Matthys