Sortie cinéma, actualité théâtre, sortie BD, festival de musique | » Ramdam Tournai : Circumstance (En secret) de Maryam Keshavarz

Cinéma Ramdam Tournai : Circumstance (En secret) de Maryam Keshavarz

Publié par Rédacteur, le 22 janvier 2012

Ramdam : Circumstance (En secret) de Maryam Keshavarz: Le poids de la répression.

Circumstance est le premier film de Maryam Keshavarz qui a été tourné au Liban, n’ayant pas reçu les autorisations pour le réaliser en Iran.

Shireen (Sarah Kazemy) et Atafeh (Nikohl Boosheri), deux Iraniennes, sont confrontées à la réalité de leur pays; le régime de la République Islamique. Ayant peu de reconnaissance en tant que femme, elles bravent l’interdit espérant ainsi échapper à l’oppression du régime au sein duquel tout est vécu comme de la subversion. Soirées alcoolisées, drogue, boite de nuit, rencontres…Elles ne veulent plus se soumettre à l’emprise du totalitarisme de l’Iran et crient leur désir de vivre.

Peu à peu, un amour fusionnel né entre ces deux meilleures amies qui rêvent de pouvoir vivre leur sexualité aux yeux de tous. En Iran l’homosexualité est un crime pour lequel on est pendu aujourd’hui.

Toutes deux, espèrent un jour quitter le pays afin d’avoir plus de reconnaissance en tant que femme aux yeux de la société.

Malheureusement, le retour de Mehran, le frère d’Atafeh va chambouler les projets de ces deux adolescentes. Celui-ci devenu fondamentaliste et travaillant depuis peu pour la brigade des moeurs, brisera leur relation libertaire. Shireen et Atafeh, que tout unissait, auront des destins que tout éloigne.

La réalisatrice, Maryam Keshavarz, aborde l’homosexualité entre ces deux femmes de manière sensible et touchante. Elle retrace leurs vies sur fond de musique locale.

Elle signe un film très engagé qui nous conduit dans les coulisses de l’Iran d’aujourd’hui où elle abhorre le régime mis en place. Impossible de rester indifférent face aux multiples injustices dont sont victimes les femmes et la jeunesse iraniennes.

Ce film apparaît donc comme un symbole de la résistance contre l’oppression du régime actuel.

Nous avons eu l’occasion de rencontrer, Sarah Kazemy, issue de la diaspora iranienne, qui incarne Shireen dans Circumstance. Celle-ci a expliqué que la réalisation du film n’était pas sans conséquences. En effet, peu de temps après sa projection au Festival de Sundance, le gouvernement Iranien a banni les acteurs de son pays.

Sarah Kazemy relate que durant le tournage, l’équipe du film a ressenti un risque et une certaine pression venant des autorités libanaises. Elle dira: « La pression dans laquelle on a tourné, est la même pression dans laquelle vivent les personnages en Iran ».

Sarah Kazemy nous informe que le film est arrivé au près des jeunes iraniens grâce au marché noir. Celui-ci a suscité de vives réactions de la part du jeune public qui est fier que leur réalité de vie soit visible aux yeux d’autres pays.

Elle terminera par dire «  Les Iraniens sont des gens comme nous, mais ils vivent différemment car le pays ne le permet pas. Aller nager en maillot de bain est quelque chose qui ne se vit pas en Iran. J’ai de la chance de ne pas vivre là bas ».

Il est a noté que récemment, le gouvernement iranien a dissout la Maison du cinéma estimant que celle-ci voulait à l’encontre du régime. Une répression supplémentaire …

Face à la dure réalité de vie en Iran, Circumstance est un film à voir. D’autant plus qu’il est superbement interprété par Nikohl Boosheri et Sarah Kazemy.

Stellina Huvenne