Sortie cinéma, actualité théâtre, sortie BD, festival de musique | » Ramdam Tournai : RUNDSKOP ( Tête de Boeuf) de Michaël R. Roskam

Cinéma Ramdam Tournai : RUNDSKOP ( Tête de Boeuf) de Michaël R. Roskam

Publié par Matthieu Matthys, le 24 janvier 2012

RAMDAM :RUNDSKOP ( Tête de Boeuf) de Michaël R. Roskam

Dans le rayon des « Rétrospectives », on retrouve lors de cette 2e édition du Ramdam Festival, le film « Rundskop » de Michaël R. Roskam réalisé en Belgique en 2011.

Action, suspens, humour et émotions… Tous les ingrédients sont réunis dans le premier long métrage de Michaël R. Roskam qui est une véritable détonation !

Le réalisateur nous plonge dans le monde ,parfois sans pitié, de l’agriculture au coeur de la Flandre aux paysages d’une rudesse froide.

Matthias Schoenaerts, qui incarne Jacky, épate à l’écran tant son interprétation est profonde !

Issu d’une famille d’agriculteurs du Limbourg, il reprend les affaires, et perpétue la tradition du boeuf aux hormones… Rentabilité oblige!

Homme brisé depuis l’enfance, il s’est forgé au fil du temps une réputation incontestable dans le monde de la Mafia des hormones.

Les affaires se compliquent lorsqu’il est sur le point de réaliser un marché avec de gros trafiquants de produits illicites. Un agent de police est assassiné et Jacky se retrouve malgré lui, au centre d’une affaire de meurtre. Aucune sortie ne semble envisageable…

Au quotidien, Jacky est un homme qui doit se battre contre la souffrance omniprésente qui résonne en lui. Face aux mutilations dont il a été victime, il n’a pas d’autre choix que d’être avide et dépendant de substances depuis longtemps ingérées. La vie est un combat de tous les jours et il cherchera à assouvir son désir de vengeance.

Jacky fera preuve d’une détermination sans limites pour accomplir son rêve d’enfant: retrouver Lucia, fille d’un agriculteur au pédigrée trouble. Seulement, les années ont passé engendrant une collision entre deux univers que tout oppose…

Il s’agit là d’une tragédie forte, fascinante et totalement magnétique. On ne peut s’empêcher de ressentir de l’empathie pour Jacky qui a du faire face à une terrible injustice.

Une rétrospective totalement Ramdamèsque !

Stellina Huvenne