Sortie cinéma, actualité théâtre, sortie BD, festival de musique | » Rencontre avec JEAN ROKE PATOUDEM & EMMANUELLA LOHOUES AU FIFA

Cinéma Rencontre avec JEAN ROKE PATOUDEM & EMMANUELLA LOHOUES AU FIFA

Publié par Rédacteur, le 2 mars 2012

Rencontre avec JEAN ROKE PATOUDEM & EMMANUELLA LOHOUES

AU FESTIVAL INTERNATIONAL DU FILM D’AMOUR DE MONS

© Fifa Mons

Jean Roké Patoudem, le producteur du Film Ivoirien «  Le Mec Idéal », est venu au Festival International du Film d’Amour de Mons accompagné de la charmante Emmanuella Lohoues qui campe la belle Estelle, l’héroïne principale du long-métrage.

Owell Brown, le réalisateur, signe une œuvre totalement décalée qui est en opposition avec notre système culturel. Il retrace la vie d’une jeune femme qui cherche «  le mec idéal » avec qui elle pourra se marier. On observe à travers ce long-métrage, les différences culturelles autour des relations sentimentales et du mariage en Afrique. Ce film est un œil sur un autre monde…

Cette comédie s’est vue décernée l’Etalon de Bronze au FESPACO.

Avant la projection du film, Mr André Ceuterick, délégué Général, a posé quelques petites questions à Jean Roké Patoudem et à Emmanuella Lohoues.

André Ceuterick : Comment se passe le cinéma en Côte d’Ivoire?

Jean Roké Patoudem : « Emmanuella vient de la Côte d’Ivoire et moi je viens du Cameroun. Je connais très bien la Côte d’Ivoire pour y avoir produit une série télé. La situation en Côte d’Ivoire en ce qui concerne le cinéma est la même que dans les autres pays d’Afrique, il n’y a pas trop de différences. »

André Ceuterick : Etant donné qu’il y a peu de budget, il faut des projets forts pour que des producteurs comme vous acceptent d’enclencher la machinerie ?

Jean Roké Patoudem : « Celui-là, c’est un peu exceptionnel puisque c’est mon ami Owell Brown, le réalisateur qui devait être là. Je le connais depuis longtemps. C’est un travail que l’on a commencé depuis ses courts-métrages. Il y a un climat de confiance et une habitude de travailler ensemble. On avait déjà fait son premier long métrage qui s’appelle « No Way » et quand celui-ci s’est présenté, on a foncé. »

André Ceuterick : Quelle est l’image du cinéma que vous avez envie de défendre ? Un cinéma militant ou plus une comédie ? Comment la culture du cinéma évolue chez vous ?

Jean Roké Patoudem : « On aime les histoires qui fonctionnent. On aime les belles histoires, que ce soit des comédies, des drames, ou des films d’horreur. On est capable d’aborder tous les genres de cinémas. Mais c’est souvent à cause des budgets et des inspirations. L’Afrique regorge de beaucoup de héros, et c’est à nous de les mettre en valeur aujourd’hui. »

André Ceuterick : Et c’est à nous de faire l’effort de les découvrir…

Jean Roké Patoudem : « Oui, il faut faire l’effort de les découvrir. Je précise que «  Le Mec Idéal » ce n’est pas la première comédie en Afrique. Il y en a eu. Celle-ci à la particularité d’être fraiche et reflète l’Afrique d’aujourd’hui. On voit les nouvelles générations et la façon dont les gens voient la vie. On a quand même beaucoup d’images occidentales qui nous viennent des satellites. »

André Ceuterick : On dit beaucoup de bien dans le film de vous, Emmanuella, vous incarnez la beauté, la sagesse, la pureté, mais vous cherchez l’amour que vous ne trouvez pas…

Emmanuella Lohoues : « Exactement, Estelle est une jeune fille issue d’une bonne famille mais elle est « looser » en amour. Elle va rechercher le mec idéal qui n’existe pas  ».

André Ceuterick : C’est aussi l’histoire d’une scission. Vous n’en faites qu’à votre tête et vous décevez votre entourage par détermination…

Emmanuella Lohoues : « Elle sait ce qu’elle veut, que ses parents soient d’accord où pas, elle va au bout de ses projets. Dans la vie, je suis un peu comme çà aussi. Je ne suis pas introvertie. »

A la fin de la projection, Jean Roké Patoudem et Emmanuella Lohoues n’ont pas hésité à répondre à quelques questions pour Le Bourlingueur du Net.

Comment avez-vous eu connaissance du Festival International du Film d’Amour de Mons?

Jean Roké Patoudem : « André Ceuterick et moi-même, nous nous connaissons très bien. Tout le monde du cinéma se connait. André Ceuterick a été juré dans beaucoup de Festivals où « Le Mec Idéal » était présenté et il a voulu l’exclusivité en Belgique. Emma et moi étions au Cameroun en juin avec André Ceuterick qui était président du Jury. Il a également vu le film au Burundi et avant çà, il l’avait vu au Festival FESPACO»

C’est une première pour L’Europe?

Jean Roké Patoudem : « Non pas pour L’Europe. La France est passée avant, au Festival du Film d’Amiens. Le film est aussi passé en Allemagne à quatre reprises. Le film va partir prochainement en Autriche, en Suède et peut-être dans les pays de l’Est. »

C’est la première fois que vous venez en Belgique?

Emmanuella Lohoues : « Pour moi oui! Je me sens bien en Belgique, j’adore! »

Vous êtes ici pour combien de temps?

Jean Roké Patoudem : « On repart demain pour une projection à Namur et on repart le 29 février en Afrique. »

Que pensez-vous du thème du Festival?

Jean Roké Patoudem : « Adorable ! Le Festival du Film d’Amour c’est le genre de notre film puisqu’il parle d’amour et d’eau fraiche. (Rires) L’amour est omniprésent dans tout ce que l’on fait, dans le travail, dans les relations humaines…Le thème est très bien et on apprécie beaucoup le concept graphique du festival. Il y a beaucoup de couleur rose, beaucoup d’imagination.

Emmanuella Lohoues : « Moi j’aime bien les couleurs, les décors… Franchement, je me retrouve, ce sont mes couleurs! J’adore. »

La question belge : Vous êtes plutôt frites ou pralines?

Jean Roké Patoudem : « Moi c’est les moules ! Mais j’aime les frites !»

Emmanuella Lohoues : « Frites ! Mais je n’ai pas encore goûté les pralines… (Rires) ».

Je remercie vivement Jean Roké Patoudem et Emmanuella Lohoues pour leur bonne humeur et leur accessibilité.

Stellina Huvenne