Sortie cinéma, actualité théâtre, sortie BD, festival de musique | » Rencontre avec Max Boublil pour le film Robin des Bois

Cinéma Rencontre avec Max Boublil pour le film Robin des Bois

Publié par Constant, le 26 avril 2015

Max-Boublil-Je-voulais-briser-une-idole_article_landscape_pm_v8

Après le réalisateur Anthony Marciano, c’est au tour du comédien Max Boublil de répondre aux questions pour le film Robin des Bois, la véritable histoire.

Quel est ton meilleur souvenir de tournage ?

C’était un tournage où on était toute une bande de comiques (Malik Bentalha, Géraldine Nakache, Ary Abittan) et en même temps on avait deux mois et demi pour faire un film qui prend normalement dix mois de tournage. On faisait donc chaque jour, des heures supplémentaires sur le plateau. J’ai des souvenirs de rigolade mais aussi de stress, le tournage était intense.

Il y avait de gros moyens pour ce film ?

Oui il y avait de gros moyens mais contrairement à beaucoup de films français, les moyens sont à l’écran et pas dans la poche des comédiens. On a fait ce film avec des moyens moyens.

Vous improvisiez sur le plateau ?

Tout était préalablement écrit mais vu qu’on était que des humoristes, tout le monde avait envie d’improviser. L’écueil dans lequel Anthony ne voulait pas tomber, c’était de faire un film à sketches, il voulait vraiment qu’il y ai une histoire et que ce soit un film d’aventure. On pouvait improviser pendant une prise sur les cinq écrites.

robin-des-bois-la-veritable-histoire-photo-54dc75c378a82Pas trop gênant d’être en costume à l’écran ?

On voulait vraiment que ça ressemble à un film d’époque donc forcément on a pris un costume authentique en cuir. C’était imposant mais en même temps on fait des métiers dans lequel l’habit fait le moine.

En faisait des blagues potaches dans le film, vous n’aviez pas peur de tomber dans la caricature ?

Je trouve que l’humour pipi caca est la forme la plus jolie et intellectuelle. Remettre le pipi caca dans un film du Moyen-âge c’est juste magnifique. Pour ça, Anthony mériterait sa place au Panthéon.
Les américains le font souvent avec les films de Judd Apatow et ici on n’ose pas trop. On est des punks parce qu’on a osé faire ça.

Des projets ?

J’ai passé deux ans de fou, avec ce film et avec l’écriture, la production et la mise en scène d’un nouveau spectacle. Je vais commencer d’autres projets mais j’ai envie de me poser les bonnes questions. Je n’ai pas envie d’enchainer les films, je vais voir quel projet a le plus de sens pour moi.