Sortie cinéma, actualité théâtre, sortie BD, festival de musique | » Rock The Ballet

Rock The Ballet

Publié par Caroline Champion, le 2 avril 2012

Conception, mise en scène et chorégraphie : Rasta Thomas et Adrienne Canterna-Thomas

Avec : Rasta Thomas, Geoff Gonzalez, Michael Keefe, Robbie Nicholson, Anthony Colantone, Franco Nieto, Chris Mc Carthy, James Boyd, Brandt Martinez, Chase Madigan, Jakob Karr, Alexeï Geronimo, Chris King, Kameron Bink, Adrienne Canterna, Karia Garcia et Jordan Lombardi.

De la danse classique sur du rock ! Voilà le challenge de la troupe des Boys of Dance et de leur chorégraphe Rasta Thomas. Le challenge a été remporté haut la main. Oubliez les collants, les chaussons et les pointes et pensez plutôt aux jeans, tee shirt et pieds nus. Oubliez les musiques classiques et pensez plutôt à Michael Jackson ou Queen. Bref, l’entrée sur scène des Boys of Dance fait son petit effet de surprise. Le ton est donné, l’humour est présent et il en devient difficile de ne pas taper du pied.

Après quelques minutes, nous voilà sceptiques. Rasta Thomas prend beaucoup de place sur scène et se place tellement en avant qu’on ne voit plus les autres. Certes, il a une très bonne technique et un charisme fou sur scène mais on sent que c’est son spectacle et que les autres font un peu figuration. Toutefois, on se laisse emporter par la rythmique, les pas et surtout la musique. Le mélange des styles , du classique au rock en passant par le modern jazz ou encore les arts martiaux, fonctionne très bien. Le travail fourni est remarquable, mais la technique et certains mouvements répétitifs donnent une impression de travail pas fini.

L’entracte arrive. Le bilan, après une petite heure de spectacle, est mitigé et on attend la suite. Autant la première partie était intense, autant la deuxième est explosive. Nous sommes loin du manque de technique sur cette partie et les danseurs prennent un réel plaisir. Au revoir le trac du début, la scène est à eux et ils en font ce qu’ils veulent. Mickael Jackson les inspire et on perçoit un vrai travail de chorégraphie, adapté à chaque danseur. Rasta Thomas se met plus à l’écart et laisse sa troupe des Boys of Dance prendre tout leur envol. On comprend alors parfaitement leur place et chacun se détache avec son propre style.

Bref, Rock the Ballet porte bien son nom. Au revoir les conventions classiques et bonjour la modernité ! Même si la première partie nous laisse perpelexe, la seconde nous laisse sans voix. Au final, on ressort du Cirque Royal avec plein de chansons en tête et beaucoup de respect pour le travail fourni sur ce spectacle.

Caroline Champion.