Sortie cinéma, actualité théâtre, sortie BD, festival de musique | » Sheetah et les Weissmuller: le méli-mélo du rock

Musique Sheetah et les Weissmuller: le méli-mélo du rock

Publié par Rédacteur, le 31 mars 2012

Étonnant!!! Voilà la seule chose qui peut réellement décrire le groupe lillois. Sur base de rock psychédélique, le groupe ajoute principalement à ce dernier des touches d’électro et de rock des 60’s. Mais on peut, en fait, y retrouver de nombreux autres styles de musiques.

Ce qui attire le plus l’oreille est sans aucun doute l’originalité des instruments utilisés par les musiciens. Hormis les classiques batterie et basse, on peut entendre des guitares fuzz ou à 12 cordes et un orgue. Un orgue, par ailleurs, extrêmement bien exploité qui fait office d’accompagnement. L’imposant instrument impose, aux sons plus ou moins bruyants du rock, une note de simplicité et de modestie qui recadrent en quelque sorte les extravagances musicales du quintet.

Une autre caractéristique type du groupe est le chanteur qui, dira-t-on, a la tête de l’emploi. Un visage en accord parfait avec la voix, elle-même prédisposée au rock, et le mélange des deux s’accordant parfaitement avec l’esprit développé par le groupe dans la musique qu’il font et dans les clips qu’ils tournent. Esprit assez décalé, comme en témoignent des chansons telles que « Elle n’aime qu’elle-même » et même des titres comme « lundisamedimanche » ou « Suzanne ouvre-toi ». Un univers perché qui, ceci dit, demande parfois des efforts pour être suivi correctement. Même s’ils vous y font entrer très facilement, vous aurez du mal à vous y accrocher tout un album durant.

J’en viens ainsi au plus gros problème du groupe. Si la surprise est très grande lors de la première écoute, il n’y en a presque plus aucune autre après 1 ou 2 morceaux. Même si les sons ajoutés diffèrent, les rythmes et la base musicale, ainsi que la rythmique des mots sont assez similaires dans la plupart des chansons. Il est très difficile, en musique comme dans tout autre domaine, de créer un style très différent des autres, de s’approprier ce style et de s’y accrocher tout en parvenant à se diversifier assez pour ne pas lasser son public. C’est la difficulté à laquelle sont confrontés Sheetah et les Weissmuller, et à laquelle ils devront trouver une solution dès leur prochain album.

En résumé, les Lillois nous offrent un rock léger et rafraîchissant qu’il fait bon d’écouter, et ce avec un goût prononcé pour l’originalité comme le prouve la pochette de leur dernier album « Évolution française ». Mais, comme on déguste un excellent whisky, leur musique se consomme avec modération.

Brian Dewilde.