Sortie cinéma, actualité théâtre, sortie BD, festival de musique | » Siren, d’Andrew Hull

Cinéma Siren, d’Andrew Hull

Publié par Loïc Smars, le 28 mai 2011

Ken, Rachel et Marco sont sur un bateau … mais personne ne tombe à l’eau (en tout cas tout de suite). Le marin qui leur a loué le bateau leur a dit de faire attention, ils vont vogué dans la partie légendaire de la Méditerranée où sévissaient les terribles sirènes antiques. Pourtant quand ils recevront un appel de détresse d’une île a priori déserte, ils vont écouter leur grand cœur et pas les fariboles des gens du pays. Ils trouvent un homme aux abois et finalement mort qui ne leur apprend rien. Mais Marco a abîmé le bateau en voulant sauver le naufragé et les voilà contraints à séjourner sur l’île. Pour couronner le tout, Ken est celui qui a pris la place de Marco dans le cœur de Rachel, vive les vacances rapprochées. Mais Marco va bientôt pouvoir regarder ailleurs car sur l’île, ils trouvent aussi une fille plus que mystérieuse et qui restera muette jusqu’à la tombé du jour où, pour nos trois compagnons, elle va chanter une mélopée plus qu’envoûtante …

Un film anglais sur les sirènes, dans les films de minuit du BIFFF, on est pas très rassuré. Pourtant on est vite étonné par la maîtrise technique, visuelle et narrative d’Andrew Hull, ainsi que du naturel des jeunes acteurs du film. Tout du moins, un large niveau, au dessus de la majorité des films présentés à cette heure là au festival bruxellois.

Andrew Hull avec ses jeunes acteurs ressuscite à merveille le thème des sirènes dans une version moderne collant plus à notre réalité que les vieilles légendes d’Ulysse attaché au mât pour ne pas succomber aux charmes dévastateurs et cruels des sirènes mi-anges, mi-démons.

Version moderne n’est évidemment pas glamour, Ariel, la petite sirène est très loin de l’horreur qui va s’emparer de nos comparses. Après d’épatantes visions mortelles, aucun des apprentis marins ne va résister aux charmes de notre sirène et c’est tant mieux. Le final, tragique, va confirmer tout le bien qu’on peut penser du film.

Bande-Annonce : http://www.youtube.com/watch ?v=QI2ce_FsMCE&feature=player_embedded

Loïc Smars