Sortie cinéma, actualité théâtre, sortie BD, festival de musique | » Spécial BSFF : Un beau samedi d’ouverture et de belles découvertes

Cinéma Spécial BSFF : Un beau samedi d’ouverture et de belles découvertes

Publié par Elodie Kempenaer, le 29 avril 2012

Passons mon état de fatigue et les obligations agréables familiales.
18h30 et il est enfin temps d’aller chercher mon accréditation. Première étape, trouver où la retirer. Mon incroyable flair me mène rue Mercelis et bingo. Quelques secondes à peine et je peux arborer fièrement ma superbe carte presse.

Comme je trépignais d’impatience de rentrer de plein pied dans le festival, ni une ni deux, j’inaugure le festival en allant à la séance de 19h pour le Best of 2.

Parmi les gens, je remarque un monsieur bedonnant, visage légèrement rouge, une veste un peu défraîchie et le cheveu en bataille.
‘Bouli Lanners’.
Je ne suis pas sûre.
Ah si en fait, j’avais juste. Bouli Lanners est là pour présenter ce deuxième Best of qui commencera par son premier court-métrage « Travellinckx ».
Humour et émotions grâce à Bouli. En seconde partie de soirée, Bouli sera au platine à la salle Rabelais. Je passerai mon tour cette fois-ci même si c’aurait pu être cocasse. Je ferai utilisation de mon bracelet pour la prochaine soirée BSFF.

Pour ce Best of 2, le festival a choisi de repasser Travellinckx, le Pont de Vincent Bierrewaerts, Carlo de Michael R Roskam, Orgesticulanismus de Mathieu Labaye, Bloody Olive de Vincent Bal et Nawewe d’Ivan Goldschmidt.

Des coups de cœur des années précédentes…Tout cela ne rajeunit pas le festival et ses acteurs comme le dit la présentatrice.
6 court-métrages qui montrent la diversité possible, qui montrent l’originalité, qui montrent aussi toute la difficulté d’un court-métrage. Moins de 40 minutes pour poser une scène, des personnages, une histoire et un climax.
Une bonne séance pour se mettre dans le bain. Aucune déception, des préférences sûrement mais ce qu’il faut pour préparer mon cerveau à cette semaine du court-métrage.
Allez, je suis épuisée mais ne faire qu’une séance me laisserait un gout de trop peu. A 21h53, direction Vendôme pour la compétition nationale 5.
Alors sans hésitation aucune, je vais vous parler de mon coup de cœur du jour, du court-métrage qui a obtenu mon 1 de préférence  « A new Old Story » d’Antoine Cuypers.
Navrée pour les 5 autres courts mais c’est MON court de la soirée qui m’a fait le souffle court.

‘Dans la cafétéria d’une gare, Johan, la cinquantaine, tombe par hasard sur Sylvia, un amour de jeunesse. Trente ans plus tard, Sylvia ne le reconnaît pas. Johan tente de se rappeler à son souvenir, à mesure que leur histoire lui revient’.

Un petit synopsis pour un grand court.

Belle histoire d’amour dans le temps servie par une bien belle image, par des acteurs dans le ton, par des personnages campés comme si nous venions de passer 3h et plus à connaître leurs vies, par une bande-son efficace et par d’excellentes scènes qui font mouche. Subtilement le passé rejoint le présent, les amoureux d’avant se reconnaissent et se souviennent de concert de la passion qui les prit puissamment et violemment un soir dans un bar de campagne.

C’est ce qui me plait et me frustre en même temps. Tant de films à voir, peu de temps pour tous les voir, envie de tous les décortiquer, analyser, encenser, critiquer…et ce n’est que le premier jour. Seigneur Marie Joëlle…

Je m’en vais dormir et vous dis à demain pour de nouvelles découvertes ou redécouvertes.

Elodie Kempenaer