Sortie cinéma, actualité théâtre, sortie BD, festival de musique | » Tennessee Jacks : Welcome to their crazy train !

Musique Tennessee Jacks : Welcome to their crazy train !

Publié par Rédacteur, le 7 mai 2012

I’m going off the rails on a crazy train chantait Ozzy. En cette soirée du 5 mai c’est un peu la sensation que j’ai eu en allant voir Tennessee Jacks au P’tit Zinc à Buzet, restaurant tenu par le bassiste Patrick Failon. Tennessee Jacks c’est un groupe de reprise mais c’est surtout un groupe qui fait SES reprises. Comprenez par là qu’ils ne se content pas comme le font trop souvent ce genre de groupe de reprendre des chansons en n’y touchant pas de peur de « fâcher » leurs idoles qui les ont composées. Et tant mieux car c’est ce qui donne une vraie raison d’être à ce groupe ! Composé de Seb Zaremba (chant, tambourin, rires sataniques et hurlements à gorge déployée), Marc Dubois (guitare rythmique et guitare solo), Denis Marley (guitare solo, guitare rythmique), Patrick Failon  (basse, chœurs et chant) et de J-C (batterie) le groupe a emmené son assistance dans un voyage aux confins du monde du rock et du hard-rock. Welcom to their crazy train !

Le train démarre et le premier arrêt en gare ne peut déjà faire que des heureux. En effet, qui serait contre un indémodable « Should I Stay or Should I Go » des Clash ? La voix de Seb s’accordant parfaitement avec la musique et lui apportant une touche personnelle qui enrichit la chanson, c’est assez rare que pour être souligné ! Malgré quelques petits écarts le train reste sur les rails avec successivement « Caroline » de Status Quo et un très bon « Brown Sugar » tiré de la bande à Mick Jagger. Subitement le train s’arrête dans une gare plus moderne, celle des Red Hot Chili Peppers avec le cultissime « Californication » très bien soutenu par la basse avant d’enclencher pour la première fois les freins avec le plus mélodieux « Behind Blue Eyes » des Who, Fred Durst en serait vert de jalousie ! Prochain arrêt en Grande Bretagne avec « Supersonic » de Oasis avant de traverser l’Atlantique avec « Paint it Black » de nouveau tiré de la discographie des Rolling Stones.

Le train continue sa folle escapade en territoire connu avec « Are You Gonna Go My Way » de Lenny Kravitz, sublimé par les guitaristes avant de passer à un des moments forts de la soirée : l’interprétation de « Where Is My Mind ? » des Pixies. Alors, il est vrai que Seb n’a pas le même timbre de voix que Frank Black mais cette version de la chanson aussi aurait bien convenu au générique de Fight Club, la chanson se terminant dans une version plus hard, jouissif ! La suite ne l’est pas moins, bienvenue en gare d’Abingdon, vous prendrez bien un petit « Creep » (Radiohead) en cours de route ? Et tout cela avant de terminer cette première partie du set par « Popular » de Nada Surf.

On redémarre le voyage calmement avec « Halleluja » de Jeff Buckley dans lequel le chant nous impressionne une fois de plus. Après « What’s Up » de 4 Non Blondes le groupe nous sert un très sympathique « Knockin’On Heaven’s Door » version Guns N’Roses plus que Bob Dylan mais qu’importe vu que le train se change ensuite en véritable TGV en enchainant « Everything About You » (Ugly Kid Joe) et « My Sharona » (The Knack). Changement d’atmosphère, le TGV se mue en train à vapeur le temps d’un voyage plus loin dans le temps avec « Then Came The Last Days Of May » (Blue Öyster Cult) suivit de « Working Class Hero » (John Lennon) interprété cependant plus « à la » Green Day. On fait ensuite un petit tour vers nos contrées en entendant « Hard Times » (The Scabs) avant d’entamer le triptique final : un « Sweet Child O’Mine » (Guns N’Roses) aux guitares criantes, « Higway to Hell » (AC/DC) pour lequel J-C nous démontre toute son explosivité à la batterie avant de terminer en beauté notre voyage par « Born to be Wild » de Steppenwolf, le train s’arrêtant un peu brusquement mais qu’à cela ne tienne, on aura passé un très bon moment à écouter tout ces classiques très bien interprétés ! Tellement qu’on n’aura pas vu le temps passer (2h30 de concert à peu près).

Alors si vous aimez le rock et le hard-rock n’hésitez pas vous aussi à vous laisser tenter par ce voyage qui ne vous décevra pas. Pour plus d’infos : http://www.tennesseejacks.be/index.html.

Let’s Rock !

Olivier Eggermont