Sortie cinéma, actualité théâtre, sortie BD, festival de musique | » The Watch, de la science-fiction drôle mais pas hilarante …

Cinéma The Watch, de la science-fiction drôle mais pas hilarante …

Publié par Matthieu Matthys, le 14 août 2012

Le nom du réalisateur Akiva Schaffer ne vous dit certainement rien mais ce trentenaire à l’allure baba-cool est une personnalité fort connue des américains pour avoir fait partie de la troupe d’humoristes du célèbre show télévisé «Saturday Night Live» produit par la NBC.
S’étant entrainé à l’écriture de scénarios humoristiques pour ce show, c’est de manière laborieuse que Kiv’ se lança dans l’aventure de la réalisation long-métrage avec « Hot Rod », film qui eut beaucoup de mal à attirer les spectateurs malgré la présence de toute l’équipe des «Lonely Island’s» formée dans le Saturday Night Live. Dès lors, c’est avec beaucoup d’appréhension que l’on abordait la vision de ce film produit par Shawn Levy, le réalisateur  canadien à succès à qui l’on doit notamment « La nuit au musée » ou dernièrement « Real Steel ».

L’histoire nous plonge dans la vie d’Evan, un homme simple, rangé et dont la civilité et la mentalité en font un exemple pour tous. Mari fidèle mais aussi voisin prévenant et prévoyant, cet homme a tout pour plaire. Cependant, suite à un meurtre survenu au sein-même du magasin dans lequel il est manager, Evan décide de créer un groupe de surveillance de voisinage. Mais voilà, ses trois acolytes que sont Bob (Vince Vaughn), Franklin (Jonah Hill) et Jamarcus (Richard Ayoade) sont tout sauf des super-héros.

Autant vous le dire d’emblée, ce film s’emmêle un peu les pinceaux par les revirements de situations qu’a connu le scénario dans sa genèse. En effet, cette comédie devait avant tout sonner comme un teen movie et non comme un film pour adultes. De fait, les présences de Ben Stiller, Vince Vaughn et surtout Jonah Hill devaient à elles-seules plaire à un public adolescent d’autant que le pitch du film, écrit au départ par le seul Jared Stern (La princesse et la grenouille, Volt), nous renvoyait à une comédie loufoque, sans prise de tête et surtout totalement irréaliste. Par doute ou peut-être par crainte, Shawn Levy a finalement opté pour un récit plus mature et où le fil narratif s’est plus axé sur la personnalité des quatre compères plutôt que sur l’aspect fantastique du récit. Assurément, ce non-choix entre une histoire d’adulte et un humour plutôt adolescent a donné un mixage un peu indigeste et a surtout sacrifié le film qui se vit interdit aux moins de 17 ans outre atlantique. Un marché «teenager» très lucratif en période de vacances scolaires.

Pourtant, ce film n’est pas mauvais et de nombreuses scènes sont drôles et bien amenées. Prenant le parti de faire rire via des mises en situation plus qu’improbables, la réalisation réussit à nous prendre par surprise et surtout, élément important, à changer constamment le rythme et l’angle du film. Pour ne rien dévoiler de l’intrigue, on pourrait situer cette comédie à mi-chemin entre l’humour malicieux de Very Bad Trip et l’exagération grotesque d’un film comme Rien que pour vos cheveux, deux films qui ont chacun cartonnés pour des raisons différentes. Et pour cause, ce film nous présente un humour parfois très fin mais l’exagère de telle sorte qu’on s’en lasse.

Côté casting, la production ne pouvait faire mieux. Ben Stiller assure dans son rôle et maintient à lui seul le côté lucide de l’histoire. Un film qui lui permet de retravailler avec des acteurs plus professionnels et plus en vogue au contraire d’Eddy Murphy qui avait littéralement gâché la bobine du « Casse de Central Park » en surjouant à chaque scène. Vince Vaughn était le collègue idéal à mettre face à Ben Stiller. En incarnant Bob, un père de famille relativement responsable mais ayant gardé son âme d’adolescent insouciant, il renoue avec son pote Ben aux côtés duquel il avait travaillé avec joie dans Même pas mal !. Acteur comique confirmé, l’américain est l’un des incontournables du paysage audiovisuel américain avec Ben Stiller mais aussi Owen Wilson, absent pour cet opus mais qui sera présent aux côtés de Vince dans la comédie « The Internship », dirigé par Shawn Levy. Troisième acteur à succès, Jonah Hill est sans conteste la star montante du moment après s’être fait remarqué récemment dans 21 Jump Street. Le jeune acteur confirme encore une fois qu’il est excellent et qu’il dispose d’un pouvoir comique bien particulier qui lui permet de sortir du lot. À l’instar d’un certain Zach Galifianakis, il est l’un des dignes représentants de la comédie alternative où le décalage humoristique par rapport aux autres acteurs, l’humour sarcastique et l’imprévisibilité sont des marques de fabrique. Enfin, il faut souligner la présence du londonien Richard Ayoade surtout connu pour avoir incarné le rôle de Moss dans la série britannique « The IT Crowd ». Malgré un flegme britannique appréciable, l’humoriste ne convainc pas vraiment mais ne déçoit pas pour autant. Jamarcus devait au départ être interprété par Chris Tucker, plus charismatique mais aussi plus ingérable que Richard. Un choix sensé.

Au bilan, The Watch est un film drôle mais pas hilarant. Ce film léger conviendra parfaitement au plus jeunes d’entre nous car son côté divertissant est incontestable. Très bien interprétés, les personnages vous emmèneront dans un univers mêlant la science fiction à l’humour facile. Pas déplaisant.