Sortie cinéma, actualité théâtre, sortie BD, festival de musique | » Tokyo Ghoul

Littérature Tokyo Ghoul

Publié par Bastien Weber, le 12 octobre 2013

tokyo-ghoul-1

Tokyo Ghoul – Tome 1

Auteur: Sui Ishida

Dessinateur: Sui Ishida

Editeur: Glénat

Date de Parution: 28/08/13

Synopsis:

Notre héros Ken Kaneki, âgé de 18 ans, est un étudiant tout ce qu’il y a de plus banal dans la grande ville de Tyoko, mais un Tokyo un peu différent de celui qu’on connait car des créatures qu’on appelle « goules » sont tapies dans l’ombre de la cité. Ces goules ont la capacité de modifier leur corps au point d’être invisible aux yeux de la société, elles ont également l’intelligence nécessaire pour agir et penser comme les humains.

Ken, depuis peu, se rend régulièrement dans un café pour admirer une autre cliente, un heureux jeu du hasard va lui permettre d’engager la conversation avec la demoiselle, à tel point qu’il finira par décrocher un rendez-vous. Sur le chemin du retour de cette sortie, dans une petite ruelle sombre, la demoiselle révèle ses véritables intentions et apparait être une goule qui ne désire que le manger, elle ne réussira qu’à le blesser gravement car lors de la courte poursuite une poutre lui tomba dessus et la tua instantanément.

A l’hôpital, ignorant qu’il s’agit d’une goule, le médecin décide d’utiliser les organes de la défunte, qui s’avère avoir le même groupe sanguin que Ken, afin de sauver ce dernier, seulement  l’opération, bien que s’étant parfaitement déroulée, s’avère avoir transformé le corps de Ken, il n’est ni homme ni goule, il est seul,… tiraillé entre son humanité et son estomac qui ne supporte rien d’autre que la viande humaine. Ken se retrouve donc au milieu de goules qui soit essaie de le tuer soit s’avère être pour l’entraide entre goules, mais il désire également rester humain malgré son envie de viande humaine qui est plus fort qu’il n’y parait…

Avis:

Pour un premier manga Sui Ishida nous sort un chef d’oeuvre; une histoire sombre tenant plus du seinen que du shonen, mais intéressante et également touchante. On avance dans une histoire qui tangue entre l’espoir et le désespoir de façon non pas hasardeuse mais audacieuse.

Le dessin,quand à lui, est fort réaliste pour un manga mais finalement approprié car il permet un ressenti plus fort des émotions du héros ainsi que des malaises que l’histoire peut procurer à certain passages.

Weber Bastien