Sortie cinéma, actualité théâtre, sortie BD, festival de musique | » Vagin, vagin ! Voilà, d’emblée, le mot est dit, le mot est lancé !

Théâtre Vagin, vagin ! Voilà, d’emblée, le mot est dit, le mot est lancé !

Publié par Rédacteur, le 1 juin 2012

Les Monologues du Vagin au TTO

Vagin, vagin ! Voilà, d’emblée, le mot est dit, le mot est lancé ! D’entrée de pièce, le nom est prononcé ; d’entrée de pièce, trois superbe actrices vous lancent au visage le « mot que l’on ne prononce pas », le nom de cette partie d’anatomie dont on ne parle pas ou alors à demi-mot, ou alors avec un léger sourire, en ricanant discrètement, en plaçant sa main devant la bouche, mais toujours avec une certaine gêne.

Ici, pas de complexe, nous sommes au TTO, l’endroit où l’on rit, l’endroit où l’on se décomplexe en riant ! C’est certain, ces Monologues du Vagin, adaptés à l’heure africaine, sont évidements drôles : on rit, on s’amuse, les actrices Bwanga Pilipili, Babetida Sadjo et Awa Sene Sarr, sont suprêmes dans leurs rôles.

Elles interprètent ces Monologues avec une aisance particulière, avec un rythme qui leur est propre ; une version haute en couleur et en émotion. Car, si nos trois actrices semblent très libérées, il n’en reste pas moins qu’elles nous parlent du « mot » avec tendresse, douceur, émotion, respect, en un mot avec beauté.

J’ai personnellement été très touché par cette pièce, mais une question me reste. Confortablement installé dans mon fauteuil de la rangé F, je scrute le public qui est assis autour de moi, et là, surprise ! Qu’est-ce que je découvre ? Que ce même public est composé quasiment que de femmes !

Voilà qui me surprend et qui me pousse à poser la questions suivante : Messieurs, qu’attendez-vous pour aller voir cette pièce ? Serait-ce son titre ? Le fait d’avoir le nom du sexe des dames dedans vous intimiderait-il ? Serait-ce les actrices ? trois femmes belles et avec du caractère ! Serait-ce l’humour ? Rire de cette partie anatomique vous effraie-t-il, vous met-il mal a l’aise, vous dérange-t-il ? Serait-ce une série de préjugés établis que cette pièce pourrait faire tomber en vous ?

Franchement ! Cette pièce s’adresse à tous : homo, hétéro, homme, femme, célibataire, en couple, jaune, noir, blanc. Cette pièce parle à tout le monde parce qu’avant de parler de sexe, elle parle de féminité, de cette féminité que l’on ne respecte jamais suffisamment, de cette féminité que l’on bafoue trop.

Durant une heure quarante-cinq, on rit, on se laisse emporter par l’émotion, par la beauté de cet entretien privilégié avec le livre d’Eve Ansler, au travers de l’interprétation extraordinaire de Bwanga Pilipili, Babetida Sadjo et Awa Sene Sarr.

PDMJ