« Au revoir là-haut » : Albert Dupontel poétique

Publié par , le 21 novembre 2017

196053.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Critique :

Dévoilée fin juin, l’affiche du nouveau film d’Albert Dupontel (adaptation du Prix Goncourt 2014 de Pierre Lemaitre) laissait entrevoir un film très onirique. Mêlant habilement magie et histoire, il n’est pas à 100% ce que reflète sa bande-annonce présentée à la sauce Harry Potter.

Exercice de style réflexif sur quasiment la portée esthétique du cinéma, Au revoir là-haut est visuellement réussi – on aime ces trouvailles/raretés caméras plutôt rares dans le cinéma français – et porté par un casting très investi. Même si on ne sait pas toujours où l’histoire nous emmène, le fait d’être enveloppé de poésie tragique sur notre siège, sauve le tout.

Le long-métrage met surtout en lumière le talent de Nahuel Perez Biscayart qui, il y a deux mois, faisait déjà la Une des colonnes et autres murs dédiés à la promo cinéma avec 120 battements par minuit. Il y était fiévreux. Au revoir là-haut lui permet de dévoiler une autre facette de son talent car il doit surtout jouer avec ses regards. Un rôle très créatif car il y incarne le dessinateur dont parle le synopsis.

Plutôt finaud et formellement audacieux, Albert Dupontel nous offre donc 2h de bien-être.

Luigi Lattuca

Evaluez cet article :
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...