« Le Chasseur et la Reine des Glaces » : à la fois préquel et suite

Publié par , le 20 mai 2016

Le Chasseur et la Reine des glaces 1

Critique :

Oh, elle est belle la suite de « Blanche-Neige et le Chasseur« … ou plutôt son préquel. Enfin, les deux, quoi. Vous l’aurez lu dans le synopsis, il faut suivre. Le premier volet des chroniques de Blanche-Neige (c’est comme ça qu’Universal nomme ce qui doit normalement être une trilogie) s’imbrique à un moment du film. Du gros spectacle à la sauce Hollywood.

Car l’industrie a choisi son camp : on sera dans le mainstream ou on ne sera pas. Tout est prévu pour que petits et grands comprennent sans se casser la tête, le film étant un gros fourre-tout. Pas trop de noirceur (si ce n’est de la bouche de Ravena quelques minutes avant sa… oops, on allait spoiler). Ça a au moins le mérite de rendre le personnage de Chris Hemsworth beaucoup plus sympathique que dans l’épisode de 2012. Les studios Universal ayant préféré évincer l’actrice qui incarnait Blanche-Neige, la bien connue Kirsten Stewart, il n’y a plus de jeune héroïne pure à l’horizon et donc trois femmes au caractère bien trempé autour du chasseur pour la faire oublier.

Le point central du film sera l’amour. Alors qu’on allait parler de la violence de l’amour et de la noirceur qui peut envahir le cœur suite à une grosse déception (tout ça, tout ça…), on est surpris de constater que l’humour est omniprésent comme dans un dessin animé des studios Disney ! Omniprésent donc parfois mal dosé, forcément. On compte beaucoup sur les nains pour cela (comme par hasard) et sur le « Suis-moi, je te fuis » entre deux personnages du film. Dans le genre, on a connu plus passionnant… Et pourtant, le divertissement fonctionne ! On se plaît à se laisser emporter et à ne (presque) pas décrocher.

Même si le film est assez cliché, impersonnel, naïf et trop rapide dans son développement – ce qui ne fait que souligner encore plus la psychologie de comptoir, on a droit à des costumes magnifiques et de beaux décors… qu’on se met à ensuite rêver dans son quotidien. C’est toujours ça de pris à notre époque morose. Et Charlize Theron était vraiment THE actrice pour incarner la Méchante Reine.

 

Luigi Lattuca

Evaluez cet article :
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...