« Quelques heures après minuit » : poésie, frisson et cancer

Publié par , le 24 janvier 2017

Quelques heures... (2)

Critique :

« Quelques heures après minuit » est le genre de film allant chercher le message de courage et d’espoir du côté du fantastique. Grâce à une créature-arbre qui a les traits et la voix de Liam Neeson, le petit Conor (très bien interprété par Lewis MacDougall) va devoir apprendre à se libérer de sa colère et de sa peur.

Du sentiment d’insécurité que fait naître l’apparition de l’arbre à celui qui vient avec la vision de sa maman qui s’éteint. Même si le long-métrage est parfois un peu figé, l’émotion pointe au cœur du spectateur. Grâce à la créature très « vivante » qui raconte à Conor des histoires et à l’onirisme des images, chacun peut se laisser emporter et s’effrayer. La noirceur du film fait craindre le pire comme le meilleur. Et si l’espoir était finalement toujours permis ? C’est ça aussi, grandir, mes enfants…

Luigi Lattuca

Evaluez cet article :
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...