« Une Femme Douce »: L’overdose de clichés russes

Publié par , le 16 août 2017

Une_femme_douce

Critique :

Autant dire dès le début d’ ‘Une Femme Douce’ de Sergei Loznitsa ne reflète en aucun cas une image positive de la Russie contemporaine. Bien au contraire, il est presque déconcertant de constater autant de préjugés et clichés d’un pays déjà fort stigmatisé dans 2h23 de film…

… 2h23 d’agonie et de perte totale de temps.

‘Une femme Douce’ est certes un drame qui a pour but principal d’interpeller les gens sur une crise sociale effectivement présente en Russie … mais l’étrangeté et l’illogisme du scénario nous laissent dans la confusion la plus totale. Certains films orchestrent magnifiquement cette ‘confusion’ cinématographique en nous dirigeant vers une réflexion personnelle. Ces films nous forcent à comprendre la complexité de l’intrigue et de finalement en saisir le sens… mais ici, nous sommes loin d’une cohérence.

Car là est le gros défaut du film. Il se veut sérieux … mais il n’en est que plus ridicule. Entre des scènes trop longues et superflues, des dialogues forcés et désorganisés, le film se perd lui-même dans son propre méli-mélo. Les scènes choisies dérangent par leur non-sens mais également par cette intention de choquer le spectateur pour le simple plaisir de marquer au fer rouge. Objectif atteint, la grossièreté marquera les esprits. Peut-être est-ce l’objectif du réalisateur? Peut-être est-il nécessaire de préciser qu’il s’agit d’un Ukrainien qui réalise un portait russe … c’est assez désopilant.

Dans tous les cas, ‘Une femme Douce’ peut être décrit comme un ‘ovni’ cinématographique mais il n’en devient pas pour autant attrayant. A éviter.

Evaluez cet article :
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...