0 00 3 min 4 mois 390

9h00, les aventurier-e-s ont rendez-vous à Mons pour un check-up des montures, une remise des dossards et une photo de groupe avant le départ !

Direction Nord-Nord-Ouest, on commence par quitter la ville et très vite rejoindre le Grand Large. Le groupe est hétéroclite : des habitués des randonnées à vélo, un bébé dans une remorque et le second dans un siège, une qui n’était pas montée sur un vélo depuis 15 ans, et même un petit chien prénommé Stark … L’allure est tranquille et les chemins calmes, loin des grandes routes.

Première difficulté : une route pavée, en légère pente, mais la récompense est au bout : la première étape ! La brasserie Racine Carrée d’Erbisoeul nous a accueilli par une visite guidée, suivie d’une dégustation, pile à l’heure pour l’apéro ! Les deux frères, Charles et Lionel, proposent pour l’instant deux bières, la Rhizome et la Ronde Saison, que nous vous recommandons chaudement !

Photo par Anne-France Roelandt

C’est reparti ! Ces 46km ne vont pas se faire tout seuls, et le temps file ! Notre seconde pause aura lieu au Château d’Attre, devant lequel le groupe s’est sustenté. Au menu : des pains artisanaux et des fromages et charcuteries locales. De bons produits locaux, une jolie vue et une excellente compagnie, le repas fut étoilé de nos sourires. On conclut sur un énorme cookie, et on repart péniblement, les ventres ronds. Il reste une bonne moitié de chemin !

Les deux étapes suivantes furent plus courtes, on avait hâte d’arriver. Arrêt photo à la Tour Burbant, au cœur d’Ath, un donjon carré du 12e siècle, avant de filer vers le moulin d’Ostiches, que personne n’a essayé de combattre, fort heureusement.

Quelques coups de pédales supplémentaires et nous voyons apparaître au loin notre destination : le Centr’Art de Flobecq ! Il est 15h00 environ, nous avons fait 46 kilomètres en 3h26 de déplacement.

Photo par Eric Castanet

Le trajet fut agréable, l’allure tranquille a permis aux moins sportif-ve-s de suivre, malgré quelques tronçons moins aisés sur les chemins de tracteurs, nous nous encouragions mutuellement, faisions connaissance pour certain-e-s et nous remémorions des souvenirs communs pour d’autres. 

Une fois ce court mais beau voyage terminé, les tentes sont montées, les vélos parqués, et les aventurier-e-s deviennent festivalier-e-s, en avant la musique !

Article écrit par Anne-France Roelandt

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *