0 10 6 min 9 mois 1974
Repartis pour un tour dans nos escapades estivales, nous arrivons sur le site en même temps que la pluie. Quelle chance, vous me direz… Mais pour nous qui suivons le festival depuis sa toute première édition, il en faudra beaucoup plus que ça pour nous décourager !
© Jeremie Piasecki

Malgré leur nom, ils ne s’étaient encore jamais produits sur une scène de Ronquières. KIDS RETURN n’ont pas seulement chassé la pluie, ils nous ont ramené le soleil ! Tantôt électro, tantôt groove, ils ont fait danser le public à Tribord. On ne les connaissait pas mais c’est avec un grand plaisir que nous irons les revoir. Et en parlant de revoir… FREDDY TOUGAUX en présentateur : c’était inattendu mais un véritable plaisir !

© Jeremie Piasecki

Des musiciens aux instruments, la scène de la Colline est en noir et blanc. Mais c’est tout en nuance que l’on découvre SILLY BOY BLUE. Et évidemment… On adore ! Ses chansons sont de véritables émulsions d’émotions : passant de la tendresse à la mélancolie pour devenir aussi pétillantes que l’artiste qui semble s’être vêtue d’un morceau volé de ciel étoilé. Si vous l’avez ratée, il n’existe qu’un seul remède et vous le trouverez le 13 décembre au Botanique !

© Jeremie Piasecki

Avant de vous parler du groupe suivant, nous faisons une (parenthèse) ! Nous savons que vous êtes des habitués du plan incliné et que vous aurez sans aucun doute relevé ce (pas si) petit changement. Cette édition dit « bye bye » à Bâbord… Mais pas de panique ! Ce n’est que pour permettre à la scène Colline de voir le jour et permettre ainsi l’accueil de 6000 festivaliers supplémentaires. Et ce n’est quand même pas rien ! Et puis, ça fait plus de place pour les food-trucks et les amoureux du Bâbord Club qui lui n’a pas bougé.

© Jeremie Piasecki

Revenons-en à Tribord où ça part dans tous les sens… Quoi de plus normal quand c’est THE SUBWAYS qui fait dérailler le public ! Tout droit venu de Londres, le groupe nous offre un rock qui en a fait trembler la plaine malgré la boue. Et ça nous annonce la couleur pour l’ambiance de cette journée qui ne fait que grimper.

© Jeremie Piasecki

La foule devient plus compacte pour accueillir l’ADE-bordante d’ADE-nergie et complètement ADE-lirante artiste suivante. Elle nous présente son tout dernier titre « J’me barre » mais croyez-le, nous on reste ! Elle nous partage également que, si c’est dans un studio de Nashville qu’elle a enregistré son album, c’est à Bruxelles qu’elle l’a en grande partie écrit. Et oui, entre la Belgique et la chanteuse, c’est une ADE-claration d’amour.

© Jeremie Piasecki

On reste dans le thème puisque c’est avec « Amours » que LOUISE… ATTAQUE ! Et pas n’importe comment d’ailleurs mais en nous interprétant une grande partie des morceaux de leur premier album et dans l’ordre qui plus est ! N’allez tout de même pas croire que le groupe se repose sur ses acquis, loin de là. Il nous offre un véritable show sons et lumières. De quoi mettre des papillons de nuit dans le coeur de tout le public.

Commence alors « Nos célébrations » de ce vendredi soir. Ils sont LA raison de la présence de la majorité des festivaliers de cette première soirée. Ça se voit sur les t-shirts, les sweats, les visages et même… dans les cheveux (si si, on vous le jure ! ). INDOCHINE terminait sa tournée avec nous et en grandes pompes.

On notera la mise en place exceptionnelle d’un rajout à la scène créant ainsi un espace circulaire au creux duquel les plus fervents fans du groupe avaient accès. Parce que ce n’était pas une mince affaire : tous n’y avaient pas accès. Il fallait être dans les tous premiers festivaliers présents pour avoir, non pas un ticket d’or, mais un bracelet labelé au nom du groupe (ou le précieux sésame). On vous l’assure, l’engouement pour ces icônes n’est plus à prouver !

© Ronquières Festival

KID NOIZE, que l’on ne présente plus tant il est à Ronquières comme chez lui, s’est chargé de clôturer cette journée placée non seulement sous le signe de la chance mais de la réussite en enflammant les derniers festivaliers présents.

Nos chaussures de bourlingueurs étaient pleines de boue alors que nous reprenions la route mais nous n’avions qu’une chose en tête : l’impatience d’être de retour demain !

Toutes les photos prises lors de cette première journée sont visibles par ici!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *