Festival exclusif TTO : Single, de l’anonymat à la célébrité facile

Publié par , le 24 juin 2011

Vince et Steph sont musiciens, ils créent, ils interprètent, mais le talent ne paie pas les factures. Ils ont beau aimer ce qu’ils font, leur art n’est que peu connu et reconnu.  Au détour d’un job sans importance, Jeff, un ami, va leur proposer la gloire à travers une comédie musicale, « Single ». La gloire, certes, mais au dépend de ce qu’ils représentent. Talent et personnalité voleront bien vite à la poubelle. Est-ce là le prix à payer pour être entendu ? Cher, très cher… et pourtant !

Stéphanie Blanchoud a écrit cette pièce en 2009 et la joue en compagnie de Vincent Delbushaye depuis lors, sous la direction de Daphné Dheur. Stéphanie a pas mal de pièces et de concerts à son actif, à citer tout de même qu’elle s’est produite en première partie de Maurane en Belgique, en France et en Suisse, en première partie également de Bénabar et dans de nombreuses salles belges et françaises. Du côté théâtre elle n’en est pas non plus à son coup d’essai, entre ses propres pièces et les diverses adaptations dont celle d’Amélie Nothomb avec « La Biographie de la faim », la belge de 30 ans a déjà un beau parcours derrière elle.  Son compagnon de scène a lui aussi eu la chance de partager la scène en première partie de nombreux artistes et est auteur-interprète-compositeur depuis 9 ans déjà.

Le théâtre de la toison d’or est un lieu intimiste tout à fait adapté pour accueillir ce genre de pièce qui demande convivialité et proximité. Nous sommes un peu les spectateurs complices d’une répétition de spectacle… Répétition, ce terme prend tout son sens lorsque l’on se rend compte à certains passages de la pièce que tout n’est pas encore en place. Nous regrettons par exemple les quelques secondes de battement à la fin qui sont restées suspendues dans le noir avant que le public ne comprenne que les applaudissements étaient de mise. Il s’agit là, de quelques traces brouillonnes qu’un coup d’organisation fera disparaître en aussi peu de temps qu’il faut pour l’écrire. Les trois acteurs nous ont cependant offert 90 minutes de divertissement avec ses côtés tristes, rieurs, musicaux et même kitch à l’image de leurs perruques, somme toute non indispensables. Stéph a une personnalité imposante et son jeu est tout bonnement incroyable. Les spectateurs sont transpercés par sa colère, sa tristesse, son rire et son chant. Quelle voix ! Une artiste telle qu’elle n’a pas de souci à se faire quant à l’avenir, elle possède un joyaux dont elle peut être fière. Vincent est quant à lui plus désinvolte, moins sentimental, moins passioné ce qui contraste avec sa partenaire féminine mais non moins proche du public. En compagnie de Jeff au violoncelle, il pianote comme un virtuose et entraine les mélodies de single, dont il est le compositeur, vers les sommets. Les chorégraphies sont kitch à souhait, les textes sont peu recherchés et les costumes… que dire sur ces fameux costumes dont les perruques sont sorties tout droit des années 80 si ce n’est obsolète, mais c’était là le but recherché non ?

En résumé, « Single » nous a permis de passer une soirée agréable et divertissante malgré quelques faux pas de mise en scène.

Evaluez cet article :
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...