La fille dans le bocal à poisson rouge au théâtre du Méridien

Publié par , le 23 septembre 2011

La fille dans le bocal à poisson rouge / Girl in the Goldfish Bowl

De Morris Panych (traduction de Blandine Pélissier)

Mise en scène de Georges Lini

Assistance mise en scène par Céline Charlier

Avec France Bastoen, Marc De Roy, John Dobrynine, Nicolas Ossowski et Wendy Piette.

«Quand on veut que son poisson rouge aille au paradis, on évite de le flanquer aux ouatères en tirant la chasse. C’est pourtant ce que ma mère a fait. Et pourquoi j’enterre ce bâtonnet de poisson pané en son honneur.»

1962, une pension de famille dans un petit port de pêche au Canada. Iris, 11 ans, bouddhiste et très précoce, est fermement convaincue que son poisson rouge Alakermaisse, récemment disparu, est revenu sous la forme de l’énigmatique M. Lawrence. Le poisson ainsi réincarné aurait une mission: réparer les tensions entre Owen et Sylvia, les parents d’Iris, sous le regard de Mlle Rose, pensionnaire un peu particulière.

Cette pièce de Morris Panych, récompensée du prix Dora-Mavor-Moore et interprétée avec justesse par une talentueuse brochette d’acteurs, nous plonge dans une histoire pleine de poésie et d’humour.

Iris, jeune ado, n’a pas la langue dans sa poche! Cherchant une explication à toute chose, elle nous embarque au travers de ses réflexions plus abracadabrantesques les unes que les autres… Mais ne vous y méprenez pas ! Ce spectacle est certes une comédie qui usera vos zygomatiques, mais il ne manquera pas de vous faire sortir vos mouchoirs. En effet, derrière ce flot incessant de paroles se cache une jeune enfant qui nous confie son impuissance face aux querelles de ses parents. La mort de son poisson rouge n’est peut-être pas un hasard. Et s’il s’était réincarné en un nouvel hôte de la pension familiale? Iris y place tous ses espoirs et aspire enfin à voir ses parents heureux. Mais comme lui a dit sa mère un jour : « L’enfance est le moment où l’on est heureux. Et être adulte, c’est repenser à ces moments où l’on était heureux ». Iris nous en fait la démonstration.

Bien qu’Iris soit omniprésente tout au long du récit, Morris Panych a réussi à conférer à chacun des quatre autres protagonistes une place bien à eux. Les particularités et les drôles de petites manies de chacun d’entre eux nous renvoient pleinement l’ambiance décalée qui règne dans cette pension familiale. Une ambiance dont on ne peut que se laisser imprégner dans le cadre chaleureux et intimiste qu’offre le théâtre du Méridien.

Cette pièce est une véritable mine d’émotions qui touchera chacun d’entre vous. Un réel moment de théâtre duquel on ressort attendri.

Anne-Sophie Saussez

Evaluez cet article :
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...