0 00 5 min 5 mois 207

Une bonne nuit de sommeil au camping calme, un bon petit déjeuneur et nous voilà partis pour le deuxième jour de festival dans le parc d’Enghein.

On attaque en douceur avec LES DEMENAGEURS qui, comme chaque année, nous aident à ouvrir  nos yeux fatigués et nous mettent la joie au coeur. Pour les grands et petits enfants de LaSemo, c’est une tradition chérie! 

Comment ça? Vous n’êtes pas encore assez réveillé? Prenez un peu de JAKOMO avec votre café et le tour est joué!

© Jérémie Piasecki

À 14h, les mélodies de ARUMBO viennent nous aider à digérer, tout en douceur. Avec un bel accent espagnol et un peu de rumba, le groupe nous parle sans qu’aucune traduction ne soit nécessaire. Ils utilisent la musique comme moyen de communication universel, le langage des émotions. 

Quand JUDITH KIDDO monte sur la scène de la Guingette, c’est donc un public en forme qui l’accueille et, plus aucun doute possible, elle lui rend la pareille! Mais ce n’est encore rien comparé à la prestation qui se prépare devant la Tour.

© Jérémie Piasecki

Si quelques-uns jouent du piano debout, le prochain artiste, quant à lui, chante debout sur le piano! BARCELLA, « avec deux L pour nous faire voyager » ne prendra pas de raccourcis pour nous emmener au royaume de la fête. Toujours plus proche de son public pour sa quatrième fois à LaSemo, il l’amène à venir au plus près de la scène. Mais ce n’est pas suffisant pour ces retrouvailles, que tous semblaient attendre avec impatience, et c’est ainsi que sans cesser de chanter une seule seconde, il se retrouve au coeur de la foule qui semble battre en totale osmose avec celui du Reggae-man.

© Jeremie Piasecki

WHAT THE FUNK et ses membres survoltés prennent la relève. Que celles et ceux qui pensent que c’est un simple groupe de reprises se détrompent. Ils ne reprennent pas… ils adoptent! C’est ainsi que des titres bien connus se tintent de jazz et groovent comme jamais ils ne l’auraient fait sans le talent des musiciens présents sur scène. 

© Jérémie Piasecki

Dès les premières notes de ”Nous sommes”, la foule acclame TIM DUP. Un jeune artiste qui joue avec les sons autant qu’avec les mots. Véritable pile électro, il n’en finit pas de sauter de sa table de mixage au-devant de la scène et ses fans en font tout autant sur la plaine.

© Jeremie Piasecki

On ne change pas de registre musical mais nous nous rendons devant la scène du château pour retrouver PATRICE et ses musiciens. Un beau timbre de voix et des textes joliment écrits, à LaSemo, on adore! Petite mention spéciale à son bassiste qui semblait en union totale avec les chansons, à tel point que ça en devenait presque une prière, un moment magnifique.

© Jérémie Piasecki

À 20h15, THE LOIRE VALLEY CALYPSO nous amène aux Caraïbes, il ne manque que les cocotiers et on s’y croirait! On ne quitte pas c’est ambiance dansante mais on retourne devant la Tour pour écouter JOHAN PAPACONSTANTINO et ses chansons acoustiques.

© Jérémie Piasecki

Notre journée se termine dans la simplicité avec THYLACINE, qui mélange mixages et instruments Live. Un plaisir pour les oreilles et pour les yeux avec un magnifique jeu de lumière en background.

© Jérémie Piasecki
© Jérémie Piasecki

Pour ceux qui, à l’inverse de vos amis bourlingueurs, avaient encore des forces à dépenser, DAVID WALTERS et TROPICAL DJIPSIES se sont succédé à la Guingette. Ces vaillants festivaliers ont ainsi pu danser jusqu’à ce que sommeil s’en suive.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *