0 10 6 min 8 mois 1070

Après une première journée de folie, c’est une ambiance bon enfant qui nous accueille à notre arrivée dans le parc d’Enghien ce samedi matin. Et on comprend pourquoi… Quoi de plus normal quand la journée commence avec RADIO PAILLETTES et leur joie de vivre ?

Suivis par le chanteur qui a fait chanter en coeur 3 générations : HENRI DES ! Pour la deuxième année consécutive, il est parvenu à transformer la Scène de la Tour en classe de maternelle géante. Le temps d’un concert, nous avions tous retrouvé un coeur d’enfant.

© Jeremie Piasecki

Évidemment, grandir se fait tout en douceur, en exploration et en découverte. Et quelle découverte fut ROZA ! Une voix pleine de douceur qui nous invite dans un voyage musical envoûtant et poétique, les émotions pour seul horizon.

Alors que collectif belge DAN SAN prend le relais et nous présente leur dernier album, nous nous dirigeons vers l’entrée du festival pour assister à deux des spectacles d’art de rue proposés durant la journée. Le premier « Cochon Cochon » par la compagnie ALLEZ ALLEZ qui avec humour et tendresse nous contait, sans un seul mot, une échappée belle. Le second « To Bee Queen » ne manquait ni d’air, ni de piquant. Des abeilles en grève ? Il n’y avait que la compagnie LADY COCKTAIL pour l’imaginer !

© Jeremie Piasecki

De retour à la Guinguette, nous retrouvions ANTOINE ARMEDAN. Nous avions eu le plaisir de le découvrir en 2020 lors de la non-édition du festival « Ceci n’est pas LaSemo ». Cette année, il nous a même fait le plaisir d’une interview [EN CATIMINI] qui sortira très bientôt (restez à l’affût ! ). Une chose est sûre, alors qu’il interprétait « Danser sous la pluie », la seule chose à inonder le public, c’était la bonne humeur.

© Aline Vander Osieren

Ils ont changé de nom mais leur énergie est restée la même, COLT (anciennement Coline et Toitoine) débarque comme deux électrons libres et font sauter la foule dans tous les sens. Le duo belge est sur sa lancée et font leur nid dans le paysage de la chanson française avec leur premier EP « SOMA » qui est d’ores et déjà un franc succès.

Presque au même moment mais sur une autre scène, nous avions droit à une rétrospective (ou était-ce une révision ?) des classiques Disney. Le groupe WALDISNERDS reprenait en fanfare les plus grands morceaux de notre enfance. Dynamisme et tenues décalées, on adore !

© Jeremie Piasecki

C’est ensuite BALTHAZAR s’installe. Le groupe de rock alternatif, originaire du nord du pays, se démarque par l’utilisation d’un synthétiseur et d’un violon. À son actif : cinq albums et une armée de fans qui semblait s’être donné rendez-vous au devant de la Scène du Château.

« Je suis Belge ! » C’est le cri que pousse CALI avant d’entamer son titre phare « Elle m’a dit ». En 3 accords à peine, la foule devient folle et se transforme et chaque personne présente dans la plaine de la Tour devient choriste. Fidèle à lui-même, l’artiste s’offre un bain de foule et va même au plus proche de ses fans en rejoignant l’espace PMR.

© Jeremie Piasecki

Si le Canada s’invitait à LaSemo la veille, c’est désormais au tour de la Californie … Après plusieurs années sans être venu en Belgique, nous accueillons le célèbre chanteur engagé dans les causes sociales et environnementales BEN HARPER ! En ce début de soirée, il fait rêver un public qui aura sans nul doute roulé de nombreux kilomètres au vu de la foule compacte amassée devant la scène. À la fois guitariste et chanteur, Ben est un propagateur de bonnes ondes : rock, blues voire même parfois reggae. Connu depuis le milieu des années 90, il reste une évidence qui ne s’estompe pas et il sait comment faire vibrer les corps et les âmes. 

© Jeremie Piasecki

Vous vous inquiétez de la situation climatique actuelle et vous tentez de joindre le SAV ? SUZANNE aussi ! Mais nous n’avons toutefois aucune réclamation à faire sur sa performance qui, une fois de plus, a été époustouflante. Excepté, bien sûr, qu’on en veut toujours plus de ses textes incisifs et de sa voix « pas au bon format ».

© Jeremie Piasecki

Dernier concert de cette longue et chaude journée : WAX TAYLOR nous en met plein la vue. Il subjugue les festivaliers tant par le véritable spectacle qu’il propose que par les nouveaux morceaux de son album « Fishing for Accident » sorti cette année.

© Jeremie Piasecki

Pour les plus motivés, cette deuxième journée se poursuivait avec KABYLIE MINOGUE à la Guingette mais pour vos Bourlingueurs elle se terminait là. Une bonne nuit de repos nous attendait avant de repartir de plus belle pour l’ultime journée de cette édition grandiose.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *